Survivre à l’Ecosse – leçon n°4 : y retourner

Il ne se passe pas un jour sans que je me fixe un objectif pourri. Du style: aujourd’hui, je me lève à 8h30 et j’enregistre une démo présentable en anglais, je vais faire des courses chez le primeur, je me fais un super repas équilibré, je regarde un épisode de House of Cards, j’écris deux trois mails, je passe un coup de fil, je vais faire du vélib et je me pose tranquille au soleil pour enfin terminer Chez les heureux du monde d’Edith Wharton (littérature américaine du début du XXe siècle, à lire absolument). Tout ça avant 19 heures, bien entendu.

Evidemment, je n’en ai pas fait le quart. Echec sans nom, c’est vrai, mais ça ne battra jamais le plus grand objectif pourri que je me suis fixée en juin 2012, en disant à Edimbourg: see you soon Scotland, I’ll be back very, very soon.

Par Dagny Mol (licence CC)

Mais après une bonne trentaine de plans sur la comète, mille visites sur les sites de comparateurs de vols, des heures de consultations pour que le voyage ait au moins un peu l’air d’une school reunion après la fantastique année Erasmus, l’heure du retour a enfin sonné.

Alors quelques conseils pour préparer le retour…

1- Vous avez un peu de temps devant vous ? Alors partez avant de ne plus en avoir.

C’est aussi bête que ça. L’hypothétique futur boss qui doit vous appeler pour un hypothétique futur boulot vous enverra un mail si vous vous absentez pour 3 jours…

2- N’attendez pas que tout le monde se décide à l’avance.

It is NOT going to happen. Vous traînerez des amis, oui, mais il y aura des victimes collatérales à cause des conflits d’emplois du temps. Le voyage sera organisé à l’arrachée, et ça fera du bien au control freak qui est en vous.

3- Enfin, réservez quand même le logement à l’avance.

Ca évitera les mauvaises surprises du style « oh, mince, le super hébergement qu’on a trouvé est complet et nous finirons donc dans un dortoir avec DES JEUNES. »

4- Faites progressivement une liste de ce que vous voulez faire.

C’est un peu comme quand vous avez, à n’importe quel moment, plein d’idées sur quel est votre motif de tartan préféré (c’est le genre de questions que je me pose régulièrement, vraiment), et quand on vous le demande, vous n’en avez pas la moindre idée. C’est pareil avec le plan d’attaque pour votre voyage.

5- Réhabituez-vous à l’accent.

’nuff said.

6- Trépignez d’impatience.

Tout ça pour dire qu’une fois là-bas, il y aura des tweets (peut-être des billets de blog) en direct sur la vie, la nourriture, et surtout sur l’indépendance (un petit papier sur le National Collective est en cours d’élaboration – more to come). Vous savez où me trouver, alors stay tuned !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.