Les Kelpies, l’Ecosse d’hier et l’Ecosse d’aujourd’hui

Les Ecossais doivent avoir un truc avec les figures équines. Tout d’abord, le symbole national, c’est la licorne. Je trouve que ça en dit long sur l’esprit de la nation : pourquoi prendre un animal tout ce qu’il y a de plus banal quand on peut avoir une créature fabuleuse comme une licorne ?

Et puis, il y a les Kelpies.

Les Kelpies, dans la région de Falkirk
Les Kelpies, dans la région de Falkirk

Les Kelpies sont des chevaux aquatiques mythiques, et ils sont bien moins sympathiques qu’ils en ont l’air. Ils vivent dans les cours d’eau et les lochs, et attirent les humains attendris pour les noyer. On dit qu’ils possèdent la force de cent chevaux normaux. Robert Burns en parle aussi dans un de ses poèmes, l’Adresse au diable.

ben wyatt what parks and recreation confused adam scott
Oui, comme ça, gratos

p_20160810_173732Récemment, les Kelpies ont été mis à l’honneur dans une des plus grandes œuvres publiques d’art contemporain du pays. Il s’agit d’une sculpture de deux immenses têtes de chevaux de trente mètres de haut, dans le parc de Helix, dans la région de Falkirk. Ce n’est pas très loin d’Edimbourg et de Glasgow et très facile d’accès, vraiment à voir quand on est dans le coin.

On doit l’oeuvre, ouverte au public en 2014, à Andy Scott, un artiste de Glasgow. Si la référence aux créatures mythiques est évidente, il affirme cependant qu’il a voulu rendre hommage au passé industriel de l’Ecosse: dans une interview à la BBC, il explique qu’il s’est inspiré des chevaux de trait qui étaient utilisés pour faire fonctionner les canaux écossais (d’ailleurs, les Kelpies sont situés sur le canal de Forth – qui se jette dans la mer du Nord – et Clyde, la rivière qui traverse Glasgow). Les Kelpies, faits de 300 tonnes de fer chacun, sont un hommage au rôle des chevaux, moteurs dans l’industrie, l’agriculture et les transports. Ils sont également un symbole de l’Ecosse d’aujourd’hui: une Ecosse qui sait faire de grandes choses majestueuses dont on parle en Europe et dans le monde entier, qui sait mettre à profit ses artisans, ses artistes, ses techniciens, ses ingénieurs.

Quel rapport avec la politique ? Eh bien Nicola Sturgeon, la Première ministre de l’Ecosse, adore cet endroit, si bien que lors de la réélection historique de son parti, le SNP, pour un troisième mandat au Parlement écossais début mai, elle a réuni ses élus et la presse aux Kelpies. La photo a fait la une de tous les journaux le 8 mai.

 

Quelques mois avant, ses voeux pour l’année 2016 commençaient aux Kelpies. Et en écoutant son message, on comprend l’importance de leur symbole : ils sont non seulement un hommage au passé, mais aussi une vision pour le futur et de tout ce que l’Ecosse peut accomplir.

Je pense que c’est ce que j’aime dans cette oeuvre, et dans l’Ecosse en général: l’artiste aurait pu faire une oeuvre nostalgique, qui ne reflète qu’un passé idéalisé où le pays était plus créatif, plus prestigieux, plus qualifié. On aime bien faire ça, en France et dans d’autres pays occidentaux, dire que tout était mieux avant. Avec les Kelpies, l’Ecosse montre qu’elle relie son passé à son présent et son futur: le pays qui a inventé le téléphone et la pénicilline doit avoir encore bien des choses à offrir au monde, que ce soit dans le domaine des énergies propres (vous vous souvenez ? J’en parlais dans ce billet), de l’informatique (comme à Dundee), de la médecine et des sciences de la vie… L’Ecosse est bien plus que ce que nous montre Outlander, et elle ne s’interdit pas d’être ambitieuse.

Voilà pourquoi je pense que les Kelpies sont un passage obligé pour qui veut comprendre l’esprit de l’Ecosse, qui est complexe mais tellement fascinant. Malgré mes multiples voyages, je ne cesse de redécouvrir ce pays. Dans le prochain billet, bientôt j’espère, je parlerai justement des choses à voir et à faire pour avoir un full Scottish experience. Haggis et whisky compris, mais pas que.

15612762088_305bf0d502_o.jpg
Les Kelpies de nuit (licence CC)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.