Survivre à l’Ecosse – leçon n°5 : se préparer pour le mois d’août

Les enfants attendent Noël toute l’année en trépignant d’impatience. On leur offre même un calendrier de l’avent pour les faire patienter. Et dès que le moment tant rêvé arrive, que les cadeaux sont ouverts avec excitation/appréhension, utilisés, cassés, le compte à rebours pour le Noël suivant s’enclenche tout de suite.

Pour moi, c’est un peu pareil avec le mois d’août à Edimbourg et sa multitude de festivals : l’International Festival, le Book Festival, mais surtout le Fringe. L’an dernier, il ne m’aura fallu qu’un quart de seconde après avoir quitté la capitale écossaise pour me dire : vivement l’an prochain, et le catalogue massif de spectacles, les heures d’organisation pour pouvoir faire le plus de choses possibles en quelques jours, et les moments de frustration parce qu’on ne peut pas tout faire en quelques jours (foutu compte en banque/nécessité physique de manger et dormir/non-maîtrise de l’ubiquité). Mon calendrier de l’avent, c’est quand le site du Fringe met chaque mois plusieurs dizaines de spectacles en ligne avant le lancement du programme officiel début juin.

Alors pour survivre au mois d’août à Edimbourg, voici mes astuces testées et approuvées.

1- Prepare, prepare, prepare (1) !

Planning GIF - Find & Share on GIPHY
Gros level de préparation pour l’été

Ce n’est pas de la folie de s’y prendre très en avance, parce qu’Edimbourg est prise d’assaut en été. Quelques chiffres qui donnent le tournis ? En 2016, le Fringe c’était 3,269 spectacles sur le catalogue dont 643 gratuits, 50,266 représentations, 2,475,143 tickets imprimés (sachant qu’il n’est pas obligatoire de posséder un ticket pour assister à un spectacle gratuit). Cela fait du monde dans la ville. Donc l’urgence numéro un est de trouver un logement qui ne vous oblige pas à hypothéquer la maison dont vous n’êtes pas encore propriétaire, mais qui ne soit pas non plus situé à 30 minutes en voiture du centre. Et pour cela, une seule solution : ne pas s’y prendre trop tard. On est en avril, et je sais qu’avant la fin du mois j’aurai réservé mon logement à Edimbourg pour les deux premières semaines d’août. Cela me permettra d’avoir quelque chose qui ne dépasse pas les 45 euros par nuit et par personne. En ce qui concerne le transport, je suis en général assez détendue… mais même là, je pense ne pas trop tarder à réserver mon billet d’avion. Les prix augmentent vite ! D’ici la mi-mai, j’aurai booké mon aller-retour.

2 – Prepare, prepare, prepare (2) !

Leslie Knope, la seule personne au monde qui aime plus planifier que moi

On arrive à ma partie préférée : sélectionner les spectacles que j’ai envie de voir ! Pour le Book Festival et l’International Festival, ce n’est pas très compliqué : le catalogue est light, donc il n’y a à choisir qu’entre quelques dizaines de propositions (des rencontres avec des auteurs/politiques pour le Book Fest, des concerts, pièces de théâtres, spectacles de danse pour l’International Fest). De plus, le prix des tickets dissuadent d’assister à des dizaines de shows : il faut compter 10 livres sterling pour chaque conférence, et les tickets peuvent aller jusqu’au 95 livres pour une représentation à l’International Festival. C’est plus tentant de se tourner vers le Fringe, qui offre un choix plus vaste (théâtre, stand-up, comédie musicale, promenades, expositions, concerts, etc.). Et c’est tellement moins cher ! La plupart des spectacles coûtent moins de 10 livres. Le tout est de savoir ce qui vous fait envie. Perso, mon truc c’est le stand-up qui parle de quelque chose. Un humoriste qui vient enchaîner les vannes pendant une heure ne m’intéresse pas. Mais des gens comme Loyiso Gola tellement grinçant sur le racisme, Chris Gethard qui arrive à faire rire et réfléchir en parlant de dépression et de suicide, ou Katherine Ryan imbattable sur le féminisme, je leur donne mes sous sans hésiter pour les voir.

Fringe 1994
Quelques tickets achetés pour le Fringe en 2014

Plusieurs astuces donc : le moteur de recherche du Fringe, qui vous permet de trier les spectacles par date, prix, genre, public visé. Sinon, il y a EdFringetastic pour vous servir ! #YoureWelcome #MomentPub

3- Don’t over-prepare

Une fois que vous avez une vague idée de ce que vous voulez voir, arrêtez-vous. LE piège dans lequel il ne faut pas tomber, c’est de tout vouloir planifier et de ne pas se laisser le temps de souffler. Cinq spectacles par jour, c’est chouette le premier jour, c’est compliqué le deuxième, c’est impossible le troisième. Donc on se prévoit maximum trois spectacles par jour (ou plutôt dans l’après-midi et la soirée, le matin vous serez tranquilles, sauf si vous allez voir des spectacles pour enfants), et on se laisse le temps d’être surpris ! Il arrivera forcément un moment où on va vous donner le flyer d’une troupe d’impro qui se produit dans la journée, où on vous proposera un ticket gratuit pour un duo d’humoristes déjantés, où vous aurez lu qu’une pièce de théâtre vaut le coup d’être vue, ou simplement, vous aurez envie de vous poser et de boire un thé.

4- Mind your money

Une fois la sélection faite, on touche au sujet qui fâche : l’argent. Aller au Edimbourg en août, surtout si on y reste un moment, ça peut coûter très cher. Mais pas de panique ! Il y a quelques astuces pour ne pas (trop) casser son PEL. Premièrement : vous pouvez privilégier les spectacles gratuits (enfin… avec paiement au chapeau, les artistes doivent eux aussi gagner leur vie !). Deuxièmement, vous pouvez profiter des deux journées 2 for 1 , qui sont les premiers lundi et mardi du Fringe (les 7 et 8 août cette année). En gros, sur la plupart des spectacles, si vous achetez un ticket, le deuxième est gratuit. Enfin, vous pouvez devenir un Ami du Fringe : il faut faire un don au festival (à partir de 30 livres, mais plus vous donnez, plus vous recevez d’avantages), et en contrepartie vous bénéficiez d’un accès à un box-office réservé aux donateurs (donc adieu les queues interminables) et d’une offre 2 for 1 sur la plupart des spectacles. J’avais pris cette offre en 2014 et pas en 2016 : j’ai vu la différence, et je vais la reprendre cette année. En plus cela vous permet de recevoir le catalogue complet du Fringe directement dans votre boîte aux lettres à sa sortie. #VIP

Awkward GIF - Find & Share on GIPHY

5- Pack smart and light

People packing be like

Cette question revient à chaque fois que je pars en Ecosse avec des amis. « Plutôt valise ou sac à dos ? On emporte quoi ? » Là chacun fait ce qu’il veut, mais mon avis est qu’il faut partir léger, parce que vous allez revenir avec masse de haggis, du whisky et de l’Irn Bru, obligé. C’est là que les choses se compliquent : faire une valise légère quand on part au soleil, facile, mais quand on va dans un pays où les températures ne dépassent que rarement les 15 degrés, on fait comment ? Déjà, on ne s’embête pas pour les chaussures : une seule paire suffira. J’opte pour la paire de low boots sans talons, confortable, étanche, mais avec laquelle on peut sortir sans trop ressembler à une souillon. Dans la valise, quelques jeans, des t-shirts à manche longue et pas mal de gilets plutôt que des gros pulls, parce que le temps est changeant. J’ajoute une robe pour le jour de l’été où il fera beau. Enfin, un manteau qui ne craint pas l’eau, et de préférence avec une capuche. Croyez-moi, vous ne voulez pas avoir un parapluie quand il pleut et il vente en Ecosse.

Vous voilà prêts à passer un super été en Ecosse ! Dans les prochains billets, je vous parlerai plus précisément des spectacles qui ont attiré mon attention ou faits par des gens que je recommande. Stay tuned !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.