Pourquoi l’Écosse ?

« Non mais qu’est-ce que tu trouves à l’Écosse ? »

Je sais, je suis lourde, monomaniaque, obsédée, et je vous ennuie tous à parler tout le temps d’Écosse, à y passer mes vacances, et pire ! À vouloir y vivre. « Non mais vraiment, qu’est-ce qui te plaît là-bas ? » On m’a posé la question plusieurs fois. Quelque part, je comprends un peu. Pour beaucoup de gens, l’Écosse ce n’est jamais qu’une compilation de clichés, assez fatigants à la longue je dois vous avouer, bons pour attirer les touristes, mais en dehors de ça, il n’y a rien à en dire. Aujourd’hui je vais vous prouver le contraire : on a tous du bon à trouver en Écosse.

Edinburgh from the Castle
Edimbourg vue du château

1- J’ai des habitudes super saines et bien ancrées quand j’y suis

Je suis bien plus en forme à Édimbourg qu’à Paris : moins épuisée, moins essoufflée, moins grincheuse, globalement, je pense être plus facile à vivre là-bas qu’ici. L’une des raisons est que mon hygiène de vie est meilleure grâce à un facteur principal : la marche. Malgré le relief, je marche énormément à Édimbourg tout simplement parce que c’est plus agréable et que tout paraît plus proche. Il y a moins de monde, sauf pendant le Fringe où il faut être très déterminé pour remonter tout le Royal Mile et affronter le million de flyers pour des shows qui vous sont tendus.

L’autre facteur est que je mange mieux. En Écosse, les bâtonnets de carottes de Tesco, les soupes complètes de Sainsbury’s, les gros pots de yaourts aux fruits (mais qu’ils sont bons ces yaourts !) et le thé constituent la base de mon alimentation. En France, c’est… La raclette.

2- Parce que la qualité de vie est extra

J’ai envie de vivre dans un pays où les services publics assurent. Je ne veux pas payer une blinde pour me soigner. Si un jour j’ai des enfants, j’ai envie qu’ils aillent dans de bonnes écoles publiques. J’ai envie d’être dans une ville facilement accessible. J’ai envie de ne pas laisser une somme démentielle dans mon loyer. C’est beaucoup demander, mais ça, je peux le trouver en Ecosse. Les soins de santé y sont gratuits depuis 2011, les transports y sont performants. Je n’ai pas fréquenté l’école là-bas, mais le public à Édimbourg est excellent si l’on en croit les rapports (bon, soyons honnête, ça a beaucoup à voir avec la prédominance des classes sociales aisées dans la capitale).

Pour le moment, ce qui m’intéresse, c’est d’avoir les avantages d’une capitale sans les inconvénients.

MAIS : Je compare à la qualité de vie à Paris, et je ne suis pas une fana des foules. Forcément…

3- J’adore les basses températures et le temps nordique

Vous savez ce que je déteste par dessus tout ? Les araignées. Vous savez combien j’en ai vu en Ecosse ? 0. Voilà pourquoi je suis faites pour vivre dans un pays où il fait frais.

MAIS : il faut aussi aimer les journées TRÈS courtes en hiver.

The beast hits Glasgow (13)
Glasgow pendant la vague de froid au début du mois

4- C’est le pays parfait et pour les casaniers, et pour les party-goers

Expérience traumatisante à Paris, à mon retour d’Erasmus : je me fais méchamment rembarrer après avoir naïvement demandé une tasse de thé le soir, à l’heure où tout le monde est à la pinte ou au cocktail. Pourquoi ? Parce que c’est le soir.

Au nom de quoi on ne pourrait pas s’asseoir avec ses amis au bar et boire un thé ou un chocolat chaud ? En quoi c’est moins valide, comme choix de soirée ?

Cette question, je n’ai pas à me la poser en Ecosse. C’est logique : il fait froid dehors, les gens se retrouvent donc à l’intérieur, chez soi ou dans un pub, et parfois ils veulent quelque chose pour se réchauffer, avec ou sans alcool. Et ça passe crème. Une bonne soirée, cela peut aussi bien être un pub crawl avec thé et bières (pourquoi choisir ?) qu’une soirée maison avec les copains. Toujours avec du thé par contre.

5- C’est canon, tout simplement

C’est ma sœur qui résume parfaitement ce que c’est d’être à Édimbourg. « C’est chouette cette ville, quand tu t’ennuies, tu lèves la tête et HOP, une jolie vue ! » Jugez donc par vous-même.

6- On s’y sent chez soi

Comment ne pas aimer un pays où un chauffeur de taxi vous souhaite la bienvenue à l’aéroport et vous fait la conversation sur les liens centenaires entre la France et l’Écosse ? Comment ne pas aimer un pays où la Première ministre vous dit que ce qui fera de vous un Écossais, c’est de vouloir vivre en Écosse ? Comment ne pas aimer un pays où le haggis pakora fait partie des classiques de la gastronomie locale ? Dans ces temps sombres de repli sur soi, c’est chouette de voir un endroit qui garde l’ouverture comme valeur cardinale.

MAIS : l’Ecosse n’est bien sûre pas immunisée contre le racisme.

Edimbourg vue des Crags

7- La politique de l’Ecosse est passionnante

Alors ça, c’est très important pour moi. La politique écossaise est une source intarissable de sujets d’articles. Il n’y a pas que l’indépendance et le Brexit : les politiques sociales, économiques, environnementales, sont très intéressantes à regarder. Évidemment, il y a des moments où c’est moins palpitant, mais personnellement je me lasse rarement des débats au Parlement écossais. À ce propos, je suis super heureuse d’être tombée sur les podcasts du Parlement. Maintenant je peux écouter la séance de questions à la Première ministre dans le métro !

One thought on “Pourquoi l’Écosse ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.