Des nouvelles des festivals

Le temps s’écoule différemment ici à Édimbourg, quand la saison des festivals bat son plein. Et je ne vous dis pas à quel point le temps passe vite quand on doit programmer des interviews avec des tas de gens plus intéressants les uns que les autres et voir plein de copains. Tout ça pour dire : désolée de ne pas mettre dans chose sur le blog et sur la page Facebook de Kiltissime, vraiment… Mais je m’éclate beaucoup trop. Si vous voulez une dose journalière de folie festivalière, je vous invite à filer de ce clic sur mon compte Instagram.

On dormira quand on sera morts

Comme je vous l’expliquais dans un billet précédent, cette année je plonge la tête la première dans tous les festivals qu’Edimbourg peut offrir. J’ai vu des choses extraordinaires au Fringe, mais aussi au Book Festival, Et bientôt au festival international. J’ai hurlé de rire et pleuré toutes les larmes de mon corps au show de Luisia Omielan, j’ai beaucoup ri et réfléchi pendant le free show du néo-zélandais James Nokise sur les Golliwogs (ces poupées à connotation racistes qui ne l’étaient pas à l’origine), et j’ai intérieurement crié PREACH lors de la discussion au festival du livre avec Afua Hirsch, columnist au Guardian et autrice du livre Brit(ish) que j’ai hâte de dévorer.

J’ai adoré échanger avec Fergus Lineham, directeur du festival international d’Édimbourg, Nick Barley, directeur du festival du livre, Stuart Braithwaite, guitariste du groupe Mogwai, Frank Ross, Lord Provost (un genre de maire) d’Édimbourg, Fiona Hyslop, ministre écossaise de la Culture, Laurence Estanove et Jérémy Tranmer, deux chercheurs fascinants, Ali Bowden, directrice du Edinburgh City of Literature Trust. Et j’ai tellement, mais tellement hâte de discuter avec la poétesse et romancière Jackie Kay la semaine prochaine, dont je ne saurais trop vous recommander son autobiographie, Red Dust Road. Je pense que je ferai quelques articles de blog avec ces différents entretiens, ils ont tous été très stimulants. Et dans tous les cas, ils figureront dans les articles qui j’écris en ce moment et qui devraient bientôt être publiés… Stay tuned!

Je vous laisse (un afternoon tea m’attend au Balmoral #superfancy) avec quelques images prises un peu partout dans Édimbourg. J’ai hâte d’y revenir en septembre de manière permanente. D’autant plus que des salons de coiffure afro ont eu le bon goût de s’installer dans les quartiers que je vise !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.