Festivals d’Édimbourg : ma sélection pour 2019

La saison des festivals a commencé ! D’habitude, je publie ma sélection d’évènements incontournables beaucoup plus tôt. Mais cette année, étant sur place, j’ai un peu traîné… Pas que mon programme ne soit pas prêt depuis un moment ! Mais il s’avère que ma vie freelance est en fait beaucoup plus remplie que ma vie de salariée pépère avec des horaires fixes.

Cette année, je n’ai pas un, pas deux, mais trois reportages sur les festivals prévus ! Gardez l’oeil sur mon Twitter et la page Facebook de Kiltissime pour être tenus au courant de la date de publication. Mais en attendant, il y a l’épisode d’Écosse Toujours consacré aux festivals d’Édimbourg en août.

Tickets pour le Fringe - festivals d'Edimbourg
Je dormirai quand je serai morte

Sans plus attendre, voici ma sélection non exhaustive de ce que j’irai voir dans les prochaines semaines.

International Festival

Edimbourg, le 3 août 2016, alors que le Festival international commence

Red Dust Road

C’est l’adaptation scénique de l’autobiographie de la poétesse nationale de l’Ecosse, Jackie Kay. J’ai eu l’immense bonheur de la rencontrer l’année dernière au Book Festival. Cette pièce évoquera les thèmes principaux de son livre : l’adoption, le métissage, les travers et les merveilles de l’Ecosse, et l’écriture. Red Dust Road est un de mes livres préférés, j’ai tellement hâte de voir ce que cela va donner sur scène !

Hear Word! Naija Woman Talk True

Cette pièce nous vient tout droit du Nigeria. Une dizaine d’actrices, parmi les plus connues du Nigeria, parlent de lutte pour l’égalité de genre, de solidarité et d’empowerment. Tout pour me plaire !

La Reprise. Histoire(s) du théâtre

La Reprise est une pièce belge, jouée en français et en flamand, et qui a l’air, ma foi, assez expérimentale. J’avoue que j’ai un peu peur de ce que je vais voir, d’autant plus que le programme précise qu’il y a des scènes de violence prolongées… Et ma position, c’est que la vie est suffisamment dure pour s’infliger des images pénibles. Mais j’ai hâte d’y aller. Après tout, si l’art ne nous secoue pas, à quoi cela sert-il ?

Fringe

Affiches de spectacles à Pleasance pendant le Fringe

La tâche est dure : je ne dois vous proposer que trois spectacles parmi les plus de 1200 au programme ! Le nombre est intimidant, c’est vrai. Mais en ayant le nez fin, on peut tomber sur des perles.

Christopher KC: Why I’m No Longer Talking to White People About Rice

On tient le gagnant du meilleur titre de show au Fringe ! Pour ceux qui n’ont pas la référence : il s’agit d’un détournement du titre de l’essai de Reni Eddo-Lodge, Why I’m No Longer Talking to White People About Race. Christopher KC est un comédien prometteur de la scène stand-up écossaise.

Jock Tamson’s Bairns

Vous connaissez l’expression écossaise We’re all Jock Tamson’s bairns? Cela veut dire que nous sommes tous frères et soeurs et humanité. C’est le concept au coeur de ce spectacle immersif, qui parle de l’homophobie en Ecosse, et de pourquoi nous n’agissons pas quand une injustice se déroule sous nos yeux. C’est produit par la compagnie Civil Disobedience, qui propose pas mal de spectacles pour vous secouer et vous interroger.

Phoebe Robinson: Sorry, Harriet Tubman

Phoebe Robinson est une comédienne américaine, que vous connaissez sûrement du podcast 2 Dope Queens, qu’elle co-anime avec Jessica Williams, ancienne chroniqueuse du Daily Show. Dans ce spectacle, elle parle de ce que c’est d’être une femme noire aux Etats-Unis, avec l’impression de ne pas être à la hauteur de ce pour quoi les héros des luttes pour les droits civiques se sont battus.

Book Festival

Charlotte Square - Book Festival - Festivals d'Edimbourg
Charlotte Square, havre de paix du Book Festival

J’attends toujours la sortie du programme du Book Festival pour organiser mon mois d’août. Comme chaque année, le programme est riche, et je ne sais plus où donner de la tête ! En dehors de la traditionnelle rencontre de la Première ministre Nicola Sturgeon avec une autrice, cette année l’Indienne Arundhati Roy, voici mes points forts.

DeRay Mckesson
Comment ça, vous ne connaissez pas DeRay Mckesson, le militant du mouvement Black Lives Matter ? Vous avez de la chance : vous allez pouvoir l’écouter au Book Festival cette année. Il va animer plusieurs discussions autour du racisme, aux Etats-Unis mais aussi ici en Europe. Malheureusement je ne pourrai pas me rendre à tous les évènements, mais vous pourrez me croiser à au moins deux tables rondes.

Designing a Better Scotland
Une discussion sur le design ? Oui, carrément. Ce n’est pas mon sujet de prédilection, mais je suis curieuse. D’autant plus qu’y participent Philip Long, le directeur du V&A Dundee dont je ne me lasse pas, et Joanna Norman, qui s’occupe de l’aile design écossais dans ce musée.

Holyrood and Scotland 20 years on
L’universitaire, commentateur et essayiste Gerry Hassan va animer une table ronde sur les changements que l’Ecosse a connu ces 20 dernières années, grâce à son propre Parlement. Comme vous le savez sans doute si vous me suivez, le Parlement écossais a soufflé ses 20 bougies cette année.

Art Festival

Le festival d’art commence les hostilités avant les autres : il a commencé depuis déjà trois jours. Le programme est riche, varié, et accessible puisque beaucoup d’expositions et évènements sont en fait gratuits. Il n’y a pas que de l’art contemporain : il y a des choses plus classiques, d’autres plus novatrices. Dans tous les cas, n’ayez pas peur d’y faire un tour : il y en a pour tous les goûts !

Stories for an Uncertain World
Tous les ans, le festival d’art propose un programme d’oeuvres d’art commandées pour l’occasion. Le thème cette année n’a pas été choisi par hasard : on peut tous se mettre d’accord sur le fait que nous vivons dans une époque troublée et que nous ne savons pas trop vers où nous allons. Cinq artistes du monde entier y ont réfléchi, et le résultat est à découvrir cet été.

Grayson Perry
Je suis tellement heureuse que l’expo de Grayson Perry vienne à Edimbourg ! Je l’avais loupée à la Monnaie de Paris en début d’année. Dans cette expo, l’artiste propose des tapisseries et poteries, entre autres, sensées montrer une vie classique dans l’Essex, d’où il est originaire.

Bridget Riley
Je trépigne d’impatience de voir l’expo de l’Anglaise Bridget Riley à la National Gallery of Scotland. C’est une figure importante de l’Op Art : un art très abstrait, avec des formes géométriques, des motifs qui se répètent, et des illusions d’optique.

Quand on vous dit qu’on ne s’ennuie pas à Edimbourg, en août… Si vous avez, vous aussi, fait une sélection, n’hésitez pas à partager vos coups de coeurs en commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *